Qu’on en commun le syndrome prémenstruel, l’obésité et les allergies ?

Par Sylvie Rousseau ND.A.

Voici l’histoire d’une femme que nous nommerons Dorothée.

Elle vient en consultation pour un problème de poids. À prime abord, elle n’a pas l’air obèse et ses jambes ont l’air plutôt mince, mais le reste de son corps est caché sous son chandail. Elle mentionne qu’à chaque fois qu’elle mange une bouchée, elle sent franchement les cellules graisseuses de son corps prendre de l’expansion !!! Pourtant, elle fait de l’exercice régulièrement, mange le plus sainement possible mais n’arrive pas à perdre une seule des vingt livres entreposées sur son ventre, ses hanches et ses cuisses. Le médecin la retourne chez elle en lui disant que c’est impossible que la nourriture puisse la fasse engraisser aussi rapidement.

La fluctuation du poids

Ce genre de situation n’est pas étranger à ce que bien des femmes vivent quotidiennement. Le poids fluctue souvent au gré des menstruations et des petits excès alimentaires qu’elles peuvent faire. Un jour, elles pèsent 142 livres. Le lendemain, après avoir pris un verre de vin avec un repas très normal, elles montent à 145 livres. Et le surlendemain, elles redescendent à 143 livres. Puis, au moment des menstruations, elles remontent cette fois à 147 livres. Quelle frustration !!!

stress fille 2 Istock

Une question de rétention d’eau

Il faut se mettre à l’évidence que le problème ne se situe pas au niveau de la masse graisseuse qui augmente ou diminue à ce rythme. Le Dr Elson M. Haas dans son livre “False fat diet” explique ce phénomène très courant, surtout chez les femmes. Qu’elle est-il ?

Tout le monde sait très bien que nous sommes constitués à environ 70 % d’eau dans notre corps. Le Dr Haas mentionne que les gens obèses supportent en plus de ces 70 % de liquide, un 5 à 10 livres de plus d’eau dans leur corps. Cette eau supplémentaire est la conséquence d’un phénomène bien connu en médecine soit le problème de rétention d’eau et d’inflammation dans les tissus. De plus, ce symptôme est très commun chez la femme souffrant du syndrome prémenstruel.

En réalité, l’oedème n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un symptôme que le corps utilise pour alerter la personne qu’il y a un problème non résolu dans le système. Les individus qui souffrent de rétention d’eau ont souvent l’air beaucoup plus obèse que ceux ayant un réel problème d’accumulation de gras. Car la rétention d’eau se loge souvent dans des endroits apparents comme le visage, donnant alors à la personne une apparence bouffie avec un double menton ou encore au niveau de l’abdomen, des chevilles et des cuisses où on retrouvera de la cellulite.

Œdème et allergies alimentaires

Il existe au moins une trentaine de causes qui seraient à la base de ce type de symptôme. Quelqu’un souffrant d’un vrai problème d’oedème devrait consulter un professionnel de la santé pour éliminer ces différentes possibilités. Mais une personne comme Dorothée qui n’a pas de véritable problème d’oedème pourrait souffrir tout simplement de ce qu’on appelle un déséquilibre métabolique et nutritionnel, une conséquence des intolérances alimentaires. Les fluctuations de poids sont alors reliés à de la rétention d’eau résultant d’allergies alimentaires cachées. Celles-ci causent l’oedème de la même façon que la fièvre des foins amène l’inflammation et l’écoulement du nez et des yeux.

Les allergies retardées plus dommageable que les allergies immédiates
Il existe plusieurs types d’allergies, mais la plus insidieuse est l’allergie de type retardé qui se manifeste parfois jusqu’à 24 à 48 heures après l’ingestion d’un aliment suspect, si bien que la personne ne peut faire de lien entre ses réactions et les aliments ne lui convenant pas. Heureusement, il existe des tests qui permettent de vérifier la possibilité d’intolérance à une centaine d’aliments courants. Lorsque l’on met de coté ces fameux aliments, la personne expérimente rapidement l’élimination de ces fluides excédentaires.

Comment les intolérances alimentaires font-elles engraisser ?
Lorsque les aliments sont mal digérés et entrent tels quels dans le système, le corps amène les fluides à envelopper ceux-ci. En fait, le système immunitaire détecte ces grosses molécules comme des intrus au même titre que les parasites ou les virus. Ils les attaquent en créant de l’inflammation amenant des symptômes de fatigue, de faiblesse, de brûlement d’estomac ou de douleurs aux muscles et aux articulations. Il les encapsule d’eau dans l’intention de les diluer et d’en diminuer les effets dévastateurs sur le corps et finalement de les éliminer du système. Plus la personne consomme ce type d’aliments, plus le système devient congestionné avec une accumulation de liquide résultant en un problème de rétention d’eau chronique.

La rétention d’eau et le déséquilibre hormonal chez la femme

Ensuite, ces macromolécules font relâcher les hormones qui augmentent le processus déjà enclenché de rétention d’eau comme l’aldostérone, l’hormone responsable de la distribution des liquides dans le corps. Cela amène aussi un déséquilibre au niveau des autres hormones dont nos fameux oestrogènes qui ont également un effet de retenir l’eau dans le corps. Pour cette raison, les problèmes de rétention d’eau sont plus fréquents chez les femmes souffrant de syndrome prémenstruel.

Il y aura aussi une production excessive de gaz dans l’intestin due au fait que les allergènes attirent la prolifération des bactéries pathogènes. La bonne nouvelle est qu’en éliminant les aliments suspects, un des premiers phénomènes est la disparition des ballonnements intestinaux.

En plus de l’inflammation et des ballonnements, il y a plusieurs similarités entre les réactions alimentaires et le syndrome prémenstruel dont, les rages de nourriture, les troubles de l’humeur, les troubles du métabolisme comme l’hypoglycémie et l’hypothyroïdie et les dysfonctions du système immunitaire et la baisse d’énergie.

Comment aborder ce problème
Pour cette raison, il est capital de régler les troubles digestifs pour arriver à aider la personne aux prises avec un syndrome prémenstruel. En enlevant les aliments suspects, un des premiers phénomènes est la perte de poids. Au début, il s’agit d’élimination d’eau tout simplement, mais après un certain temps, elle commence à perdre de la graisse seulement dû au fait qu’en éliminant les aliments problématiques, les rages de nourriture disparaissent et le métabolisme se rétablit.

Il est possible de venir à bout de ce cercle vicieux dans lequel beaucoup d’individus et particulièrement de femmes sont enfermées. Vous serez surpris de la rapidité à laquelle la perte de poids se fera, une fois les aliments suspects enlevés, en plus de bénéficier de tous les bénéfices indirects dont le soulagement des infections chroniques, de l’eczéma, de l’acné, de la fièvre des foins, des migraines, de l’insomnie, de l’hypoglycémie et j’en passe. Mais le plus important bénéfice est sans contredit un regain d’énergie très appréciable pour les personnes souffrant depuis des années de ces troubles qui sapent leur vitalité.

 

En complément, voici deux suppléments capable de vous aider à retrouver votre équilibre digestif et hormonal.  Commandez-les sans tarder :

Photo de David Niblack