La migraine, un trouble du système sanguin

Par Sylvie Rousseau ND.A.

S’il y a bien un problème de santé qui amène beaucoup de souffrance, c’est bien la migraine, soit un type de céphalée ayant sa genèse propre.

En fait, les migraines sont des maux de tête qui surviennent cycliquement et sont précédées de sensations bien reconnaissables par le sujet. Il s’agit d’un symptôme plutôt que d’une maladie et peut être d’origine multifactorielle. C’est un problème courant que l’on retrouve chez environ 15 à 20 % des hommes et 25 à 30 % chez les femmes à un moment ou l’autre de leur vie. Chez la femme, ce problème pourra être exacerbé par les facteurs hormonaux, car les œstrogènes lorsqu’ils sont mal dégradés par le foie deviennent alors des messagers de l’inflammation.

 

 

 

La physiologie de la migraine

Principalement, ce type de mal de tête est causé par une dilatation excessive des vaisseaux sanguins dans la tête suivie par une vasoconstriction. La douleur ressentie ne vient pas de la vasoconstriction elle-même, car le cerveau est insensible mais plutôt de la vasodilatation des artères périphériques succédant la première étape de vasoconstriction. Les attaques peuvent être précédées par des dérangements visuels comme l’impression de voir des auras, troubles psychologiques tel que l’anorexie, ou encore des dérangements gastro-intestinaux tels que les nausées, diarrhée, constipation, et les étourdissements. Ces dernières manifestations peuvent se réaliser due à l’augmentation de la sérotonine, responsable de contracter l’intestin et de donner des spasmes digestifs. On reconnaît que 70% des gens souffrant de migraines sont également atteints de troubles gastro-intestinaux.

Les migraines se manifestent de façon périodique et peuvent durer de 6 à 48 heures à chaque fois.  Entre deux crises, la personne fonctionne bien. Parfois, la céphalée commence en fin de nuit ou tôt le matin et peut se présenter d’un coté ou l’autre de la tête. Souvent, les médicaments vasoconstricteurs périphériques sont efficaces pour faire disparaître la migraine en autant qu’ils soient pris rapidement. La caféine a le même effet, puisque c’est un aliment vasoconstricteur.  Pour cette raison, certaines personnes lorsqu’elles tentent de se sevrer du café se retrouvent flanquée d’une migraine dû à l’effet rebond.

Un trouble inflammatoire

On reconnaît de plus en plus dans la communauté scientifique que les migraines sont étroitement reliées à l’inflammation et à l’hyperviscosité sanguine. Il s’agit en fait d’une hypersensibilité du système circulatoire impliquant des troubles vasomoteurs. Il peut aussi y avoir un phénomène d’agglutination de plaquettes sanguines dû à l’inflammation et aux allergies en plus d’une quantité plus importante de fibrines, une substance sécrétée dans le sang lors d’inflammation.  Quand les plaquettes sanguines s’agglutinent, elles libèrent une hormone connue sous le nom de sérotonine.  Celle-ci peut provoquer un spasme vasculaire cérébral.  Suite à ce spasme, une vasodilatation accompagnée d’inflammation provoque la douleur de la migraine. Les personnes ayant un système sanguin hypersensible ont tendance à avoir une réponse physiologique inappropriée aux stress de la vie moderne, dont les difficultés au travail, ou interrelationnelle ou encore dû à une alimentation déficiente, les fluctuations hormonales, les allergies et l’hypoglycémie, pour ne nommer que ceux-là.

Une des causes, le déficit en magnésium

L’équilibre entre le taux de calcium et de magnésium intracellulaire serait un autre élément-clef impliqué. En effet, lorsqu’il y a déséquilibre entre le calcium et le magnésium, l’organisme a de la difficulté à faire la conversion des hormones stéroïdiennes (oestrogènes, progestérone, testostérone).  La glande épiphyse en sera également déstabilisée.  Or, celle-ci est responsable de l’équilibre entre deux hormones jouant un rôle fondamental dans ce trouble de santé, soit la mélatonine et la sérotonine.  En 1993, certaines études ont démontré que le niveau bas du magnésium dans le sang serait un facteur initiateur de migraine.  En effet, cette déficience causerait des spasmes cérébrovasculaires et diminuerait la circulation du sang dans le cerveau.  On sait également que le système nerveux sympathique est activé par le calcium alors que le parasympathique a besoin du magnésium pour accomplir ses fonctions. Or, ce dernier a un effet de relaxation sur tout le corps. Le magnésium tient donc une part importante dans le traitement de la migraine.

Déséquilibre entre les neurotransmetteurs dans le cerveau

Un des déséquilibres biochimiques au banc des accusés est celui de deux neurotransmetteurs fondamentaux pour l’équilibre du cerveau, soit le glutamate et le GABA.  Le premier a un effet excitateur, tandis que l’autre est calmant pour cet organe.  C’est l’équilibre entre les deux qui aide à prévenir les migraines.  Le glutamate est initiateur d’inflammation.  À l’extrême, il peut même avoir un effet destructeur sur les neurones.  Ce neurotransmetteur, lorsqu’en déséquilibre, est responsable du vieillissement accéléré.  Il augmente la perception de douleurs chroniques et peut projeter la personne dans certains troubles de l’humeur dont l’anxiété, la dépression, les troubles obsessifs, les crises de panique, les difficultés de concentration, les troubles du sommeil et la fatigue.

Le glutamate est en fait le précurseur du GABA.  Il s’agit donc pour ramener l’équilibre, de donner les cofacteurs pour aider la conversion du glutamate en GABA.  Également, il faut vérifier tous les facteurs empêchant cette conversion dont l’intoxication aux métaux lourds, les troubles de la méthylation, une des fonctions importantes du foie ou encore un taux de cortisol élevé.  Certains nutriments sont sélectionnés dont la vitamine B6, l’extrait de thé vert et le magnésium ainsi que les précurseurs du glutathion hépatique.

Ce qu’on peut faire concrètement

                 Vérifier les allergies

Les migraines surviennent souvent sur un terrain allergique (asthme, eczéma, prurit…) et chez des gens dont le taux sanguin d’histamine est élevé.  La diététique donne alors de bons résultats.

Les aliments les plus souvent responsables d’une migraine sont : le lait, le blé, le chocolat, les oeufs, les citrus, le fromage, les tomates, la tartrazine (colorant alimentaire), le seigle, le poisson, le vin, la bière, les fruits de mer, l’alcool, le vinaigre, les nitrates (viandes froides) et le monosodium glutamate (MSG).  Vous pouvez adopter une alimentation hypotoxique qui exclue les produits laitiers, le gluten, le café, l’alcool et les graisses animales.  Une diète faible en gras saturés (viande rouge) et élevée en bon gras de type Omega-3 retrouvé principalement dans les poissons gras ou encore les huiles de première pression à froid tel que l’huile d’olive sont à privilégier.  Il devient important de dépistez les allergies alimentaires au moyen de régime d’éviction ou encore par de tests d’allergies offerts par des laboratoires de médecine fonctionnelle.  Ces tests vérifient quelles sont les allergies de type retardé (immunoglobuline de type IgG) qui sont en lien direct avec ce problème de santé.

Le stress, les états émotionnels comme la colère, les changements hormonaux, un manque de sommeil, l’épuisement, une mauvaise posture, des tensions musculaires sont autant de facteurs à vérifier. Il faut tenter d’identifier la cause première.  Il peut s’agir également d’un des effets secondaires d’un médicament.

L’acupuncture, la relaxation, la manipulation cervicale sont tous des moyens efficaces pour contrôler les migraines.

Les suppléments

1.La bromelaïne est une enzyme efficace lors de trouble inflammatoire et congestion sanguine, et surtout lorsqu’il y a un taux élevé de fibrines dans le sang.

2.Les suppléments d’huile de poisson sont très utiles pour diminuer l’inflammation liée à une migraine, ils permettent également d’inhiber l’agrégation plaquettaire et donc de diminuer l’intensité de ce type de céphalées.  Ils ont un effet anti-inflammatoire et hypoviscosant.

3.Le magnésium aide définitivement à relâcher la tension.

4.L’extrait de gingembre est aussi très efficace pour soulager la migraine.  Le calcium, la vitamine C à action prolongée avec bioflavonoïdes, le zinc, la vitamine B6 et le manganèse sont des suppléments qui diminuent le niveau d’histamine dans le sang.

Voici un supplément de qualité supérieure pouvant vous aider à contrôler les migraines.

N’hésitez pas à consulter un naturopathe agréé pour contrôler ce trouble de santé qui est beaucoup plus complexe qu’il n’en a l’air.

Références :

1.CHAPUT, Mario n.d., Traitements naturels des céphalées et des migraines, Synthèse de cours, 83 pages.

2.DZUGAN, Sergey A., MD, PhD. The migraine cure, Life Extension, December 2006, pp. 45-52.

3.LOMBARD, Jay, D.O., Neuroprotection : a functional approach for common and uncommon neurologic syndromes, Neuroendocrine balance, Institute for functional medicine, Arizona, October 2006.

4.METAGENICS, Boost mood and enhance mental clarity in your patients, New clinically succesful approaches critical to healthy brain function, Document de cours, Avril 2007.

4 réponses sur “La migraine, un trouble du système sanguin”

  1. exposés très clairs et accessibles à tous .Etes vous naturopathe ? Votre approche des problèmes de santé donne cette impression .Merci pour votre compétence

  2. article très intéressent , j’étais au courant concernant le déficit en magnésium mais même avec des cures, à moyen ou long terme, je doute que celà fonctionne pour de grand migraineux. Sa peut aider à soulager en effet.

    cordialement.

  3. La migraine de sont des dilatations d’artères
    mais ces dilatations sont provoquées par des entorses cervicales très anciennes dès l’enfance
    http://www.migraine-cephalee.com ouvrez mon menu à ma consultation virtuelle et répondez aux questions.Le traitement est par manipulations cervicales mis au point depuis 1973 par mes soins pour traiter les séquelles de coup du lapin qui donnent des cephalées et des Migraines
    serge.liberman@free.fr

Les commentaires sont fermés.