Vaincre l’arthrite

Par Sylvie Rousseau ND.A.

La plupart des gens identifie l’arthrite comme une maladie amenant des douleurs et raideurs articulaires.  En réalité, l’arthrite est un mot fourre-tout qui désigne toute forme d’inflammation des articulations et des tissus environnements.  Celle-ci peut affecter toute les parties du corps et les symptômes peuvent varier entre les douleurs légères, les raideurs et l’oedème articulaire allant jusqu’à la maladie déformante.  Les formes les plus courantes sont l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et la goutte.

Dans les pays industrialisés, les statistiques démontrent qu’entre 12 et 20 % de la population souffre d’une forme quelconque d’arthrite.  Une personne sur trois risque de souffrir de cette maladie après 60 ans.

Avec le vieillissement, le cartilage articulaire subit une lente usure et perd progressivement ses propriétés élastiques et plastiques.  Les recherches ont démontré que la synthèse du cartilage dans l’arthrose est de mauvaise qualité et peut être associé à diverses carences nutritionnelles.

L’approche naturopathique vise deux buts. Elle cherche dans un premier temps à améliorer la qualité du cartilage en modifiant les facteurs nutritionnels qui jouent un rôle dans la synthèse. Pour que l’organisme puisse synthétiser un cartilage de bonne qualité, il requiert un apport suffisant de vitamine C, qui est l’élément le plus souvent déficient.  De plus, il nécessite des protéines de bonne qualité, de la vitamine A, du fer, du cuivre, du zinc, du manganèse, des bioflavonoïdes et de la vitamine B12.

Dans un deuxième temps, elle rétablit l’équilibre du calcium.  Pour rétablir l’équilibre du calcium, il nécessite un apport équilibré entre le magnésium, le calcium, le phosphore et la vitamine D.

Une méga-analyse effectuée en 1995 par le département de rhumatologie et d’immunologie du Brigham and Women’s hospital de Boston a établi que la consommation d’huile de poisson comme supplémentation sur une période d’au moins trois mois permet de réduire de façon significative les points douloureux et de diminuer les raideurs articulaires.  En effet, les EPA et DHA contenu dans le gras de poisson fournissent les oméga-3 (acides gras polyinsaturés) ayant une action anti-inflammatoire sur le cartilage.

 

 

 

 

ALIMENTATION

L’alimentation pourrait être une source importante d’acidification tissulaire possiblement à l’origine de ce type de maladie.  Par exemple, les fruits et légumes riches en minéraux divers laissent un résidu alcalin dans l’organisme mais, la viande, les oeufs, les produits laitiers, les légumineuses, les noix et les céréales laissent à différents niveaux des résidus acides.

Les sucres raffinés (sucre blanc) et les aliments qui en contiennent sont particulièrement acidifiants, l’alcool, le tabac, les médicaments et les agents de conservation également.  C’est le déséquilibre entre aliments alcalinisants et acidifiants qui font que les réserves minérales peuvent s’amenuiser avec l’âge.

Il est important d’adopter un mode de vie le plus sain possible pour éviter la progression de la maladie.  Éviter le stress et avoir une bonne alimentation.

SUPPLÉMENTATION

Plusieurs substances naturelles peuvent minéraliser l’organisme, l’alcaliniser et ainsi nourrir les os et empêcher l’ulcération des cartilages :

Le sulfate de glucosamine s’est avéré efficace pour maîtriser et même faire reculer la progression de l’arthrite.  C’est un sucre aminé synthétisé par l’organisme à partir du glucose.  Il réduit l’inflammation, la sensibilité et l’enflure des jointures. Il stimule la production de tissus conjonctifs en restaurant les articulations abîmées.   Il faut toutefois s’assurer de la qualité du supplément.  Entre autre, le sulfate de glucosamine fabriqué en Europe, au Japon et au Canada sont très supérieurs à ceux fabriqués dans d’autres pays.

Le sulfate de chondroïtine est une substance naturelle qui soutient l’action du sulfate de glucosamine.  Il apporte des substrats supplémentaires pour la formation d’une matrice articulaire saine.  Il aide à conserver l’élasticité du cartilage et maîtrise les enzymes responsables de la décomposition du cartilage.  Il contribue donc également à reconstituer les tissus articulaires.

La griffe du diable, le boswellia tout comme l’ortie (urtica dioica) sont des plantes intéressantes pour l’arthrite par leur action anti-inflammatoire.  L’ortie aide également à reminéraliser l’organisme.

Évidemment, se supplémenter avec un bon calcium, contenant un apport équilibré avec le magnésium et de la vitamine D3 pour apporter les minéraux manquants.  Finalement, un multi-vitamine sera nécessaire pour apporter les vitamines et minéraux nécessaire à la construction d’un cartilage de qualité.

 

Voici un excellent supplément pouvant vous aider dans ce problème de santé.  Commandez-le dès maintenant  :

 

Références :

1. MURRAY, Michael n.d, Encyclopedia of natural medicine, Prima publishing, 1998.

2. PARENT, Gilles ND.A., Vaincre l’arthrite, Naturomag, Édition 1999.