Le virus Epstein Barr, la mononucléose et la fatigue chronique. Vous connaissez ?

par Sylvie Rousseau ND.A.

Il existe plusieurs types d’herpès, mis à part le virus Epstein Barr (EBV), dontuq le cytomégalovirus, l’herpès simplex I (feux sauvages), l’herpès simplex II (herpès génital), l’herpès virus-8 en lien avec le sida, le virus de la varicelle et du zona.  Le virus Epstein Barr, quant à lui, est responsable de la mononucléose dans 85 % des cas, du syndrome de fatigue chronique ainsi que des amygdalites aigues.

Ce qu’il faut savoir sur le virus de l’herpès, c’est qu’il est unique dans sa pathogénie.  En effet, c’est dans sa nature d’entrer dans une période de dormance dans l’organisme pendant plusieurs années pour ensuite émerger en agent infectieux actif lors d’un élément déclencheur.  Même dans son état latent, il cause un dommage silencieux aux cellules du corps en les parasitant, car une fois que le virus a trouvé une porte d’entrée, il se multiplie à l’intérieur des globules blancs en utilisant leur ADN comme matériel génétique.

 

 

 

 

Les symptômes de la mononucléose ressemblent à s’y méprendre à l’influenza.  Sauf que dans le premier cas, les symptômes sont plus persistants et la fatigue, par exemple, dure de trois à huit semaines après que tous les autres symptômes ont disparus.  Plusieurs systèmes peuvent être affectés par cette maladie dont les poumons, la lymphe, les ganglions, la rate et le foie.  Les symptômes peuvent varier de la dépression, à la fatigue extrême, la fièvre, les démangeaisons généralisées, les migraines, la jaunisse, la perte de l’appétit, le mal de gorge et plusieurs complications peuvent s’en suivre dont la méningite et l’encéphalite en plus d’évoluer vers ce qu’on appelle le syndrome de fatigue chronique.  Il n’existe actuellement aucun vaccin prophylactique ou thérapeutique contre le virus Epstein Barr.

Le syndrome de fatigue chronique serait causé par un ensemble de facteurs prédisposant l’organisme à développer la maladie, dont le dérèglement du système immunitaire, un dysfonctionnement de l’axe hypophyse-surrénale et une réactivation des agents infectieux. Une diète riche en sucre raffiné affaiblit le système immunitaire et ouvre la porte aux infections virales.  Le stress émotif est souvent un élément déclencheur, car il entrave le bon fonctionnement du système immunitaire.  Le stress physique, les traumatismes et la fatigue peuvent également être en cause.

De nombreuses études ont démontré l’efficacité antivirale de plusieurs substances naturelles.  Par ordre de puissance, le curcuma aurait la plus grande action anti-EBV suivi de la passiflore et de la feuille d’olivier, sans oublier les catéchines contenus dans le thé vert dont l’activité antimicrobienne et antivirale sont dignes de mention.  Le stress oxydatif induit par le virus serait bloqué par la vitamine E.  Également, l’acide folique a démontré une efficacité dans 81% des cas  de syndrome de fatigue chronique. Citons finalement la très grande efficacité de la vitamine A pour renforcer le système immunitaire.

Voici d’excellents suppléments  pouvant grandement vous aider dans ce problème de santé.  À commander dès maintenant  :