L’acné, un problème courant chez les jeunes et les moins jeunes

Par Sylvie Rousseau ND.A.

 On pourrait définir l’acné comme étant une éruption cutanée touchant le plus souvent les adolescents et les jeunes adultes au niveau du visage, des épaules, du cuir chevelu, de la poitrine ou du dos. 

Il s’agit en réalité d’une hypersécrétion de sébum par les glandes sébacées qui finissent par obstruer les pores de la peau.  Près de 40% des adolescents consultent pour un problème d’acné.  Même si l’acné se voit surtout chez les jeunes garçons, on en retrouve de plus en plus chez les filles qui ont souvent un taux plus élevé de testostérone à l’adolescence.  Ce problème, si non réglé, peut alors se poursuivre à l’état adulte chez la femme.

Trois types d’acné

On dénombre trois types d’acné.  Le premier, l’acné vulgaris est une dermatose touchant les glandes à la racine des poils responsables de sécréter le sébum.  On verra apparaître des comédons ou points noirs qui sont en réalité des follicules obstrués par de l’huile, des peaux mortes ou des bactéries et qui, après la guérison, tournent en rougeurs, qu’on appelle macule. On peut également observer des papules, soit des surélévations inflammatoires de la peau qui peuvent évoluer en pustules remplis de liquide jaune purulent.  L’acné conglobata est une forme plus sévère de dermatose où il y a formation d’abcès profonds et des kystes sébacés qui peuvent laisser des cicatrices importantes.  Le dernier, l’acné rosacé est, quant à lui, associé à une éruption de type acnéique avec rougeurs sur le visage de personnes d’âge mûr.

La physiologie de l’acné vulgaris

La peau est un émonctoire qui représente 17,8% du poids corporel total.  Elle témoigne de la santé du foie, des intestins, de l’estomac, du système nerveux et même de l’état psychologique.  Les glandes sébacées agissent à la façon de petits poumons et vont éliminer, ce qu’on appelle en naturopathie, les colles ou mucosités.  Si le problème est de type suintant et pustulent comme dans l’acné vulgaris, on considère que le foie, responsable du métabolisme des graisses et les intestins sont en difficulté.  Les maladies de peau avec éruptions indiquent la présence d’impuretés ou toxines non éliminées par le foie.  Ces poisons viennent en grande partie de nos aliments mal digérés et se présentent sous forme de colles ou résidus qui sont la cause majeure de l’encrassement.

De plus, la santé de la peau est dépendante du métabolisme des hormones sexuelles dont la testostérone.  Cela explique que ce problème se retrouve plus souvent chez les adolescents où le métabolisme est en mutation.   Lors des changements hormonaux importants comme au moment de la puberté ou de la ménopause, les glandes sébacées s’activent et produisent plus de sébum. Les menstruations, le stress et la médication de type hormonale (contraceptifs oraux) peuvent aussi favoriser son apparition.

On a observé que le problème ne réside pas tant dans le fait que le taux de testostérone est élevé, mais est dû à l’augmentation de l’activité d’une enzyme nommée 5-alpha-réductase qui favorise la conversion de la testostérone en une forme plus active, soit la déhydrotestostérone (DHT) qui, elle, est responsable de stimuler la production de sébum.

La toxicité intestinale joue aussi un rôle important dans cette pathologie.  De plus, beaucoup de gens qui sont traités avec des antibiotiques à répétition développent une surcroissance intestinale de levures de type candida albicans responsable d’entretenir les infections acnéiques.

woman with abdominal pain Freedigitalphotos.net Ohmega1982

Le syndrome métabolique versus le déséquilibre hormonal

 Les premiers signes annonciateurs d’une hypersécrétion de sébum est l’apparition d’une peau grasse. Les éruptions cutanées ont diverses causes dont la plus connue est l’usage de mets trop sucrés ou trop gras.  Par exemple, un régime riche en hydrates de carbone raffinés augmente la production d’insuline par le pancréas qui est responsable de faire entrer les sucres dans les cellules.  Une trop grande production d’insuline pendant longtemps  plonge la personne dans un problème connu sous le nom de syndrome métabolique ou résistance à l’insuline. Ce phénomène bloque l’ovulation chez la femme et les ovaires produisent alors plus d’hormones androgènes dont la testostérone stimulant ainsi la production de sébum qui obstrue les pores et favorise l’infection bactérienne. L’acné apparaît alors plus souvent lors de l’ovulation ou la semaine avant les menstruations. Il se répand le long de la ligne des cheveux, le menton, la poitrine et le dos.   Également, les gras saturés que l’on retrouve dans les produits laitiers, les viandes rouges et les fritures exacerbent le problème en congestionnant le foie.

Quelques pistes de solutions

 Il est important d’éviter les gras saturées ainsi que les aliments sucrés et raffinés et d’augmenter sa portion de fruits et de légumes riches en fibres et en antioxydants à chaque jour en plus de s’assurer d’une bonne flore intestinale en mangeant suffisamment de fibres.

Le zinc est souvent efficace au bout de 2 à 4 mois, lorsqu’il n’y a pas trop de problèmes de surinfections, car ce minéral est impliqué dans le métabolisme de la testostérone et empêche la conversion de celle-ci en DHT. Une carence en zinc se remarque par une peau sombre ou marquée de striures (vergetures) aux hanches, cuisses, ventre, poitrine, épaules.  Il  y aura alors une mauvaise cicatrisation.

La vitamine B6 renforce l’action du zinc. Une carence amène une altération de la synthèse de l’ADN et protéines.  L’acide pantothénique ou vitamine B5 est importante dans le métabolisme des gras et diminue la sécrétion de sébum. Le chrome est essentiel pour aider à la normalisation du métabolisme des sucres tout comme l’acide alpha-lipoïque.

La vitamine A sous la forme de rétinol est particulièrement intéressante pour ce type de problème.  Une déficience amène les conditions idéales pour la multiplication bactérienne.  Les cheveux deviennent ternes,  les pellicules nombreuses, les ongles s’écaillent et prennent une apparence striée.  La peau a une apparence de chair de poule et est sèche et rugueuse.

La vitamine E peut être prise en interne comme en externe directement sur les comédons. On peut aussi utiliser un onguent à base de melaleuca alternifolia qui a des propriétés antiseptiques extraordinaires et est le désinfectant idéal pour la peau.

Les acides gras polyinsaturés de type Oméga 3 et Oméga 6 ont une action anti-inflammatoire.  On en retrouve dans l’huile d’onagre, de bourrache, de lin et de poisson.  Finalement, les probiotiques permettent de rééquilibrer la flore intestinale qui est souvent perturbée et de diminuer les candidoses intestinales.  N’hésitez pas à consulter un naturopathe agréé pour vous aider dans ce problème de santé.  Toutefois, voici quelques suppléments de base et à votre portée que vous pouvez commander sur ma boutique en ligne pour l’acné.

 

 

 

 

Références :

  1. BALCH, James F md, Prescription for nutritional healing, Avery publishing group, 1997.
  2. MURRAY, Michael nd, Encyclopedia of natural medicine, Prima publishing, 1998.
  3. RUEFF, Dr Dominique, La bible des vitamines, Albin Michel, 1993.
  4. VANDHERAEGHE, Lorna R, La santé des femmes de A à Z, Health Venture Publications, Canada, 2004.