L’eczéma, un trouble inflammatoire

Par Sylvie Rousseau ND.A.

La peau est facilement le reflet d’un déséquilibre petit ou grand du métabolisme.  Elle est en quelque sorte un large émonctoire par lequel le corps rejette ses déchets ou manifeste ses déséquilibres et ses besoins. 

L’eczéma est en réalité une maladie inflammatoire de la peau.  Les symptômes sont les rougeurs, les brûlures et les picotements.  Parfois, on retrouve des petits boutons formant des ampoules d’eau qui éclatent et s’infectent.  Les éruptions cutanées suintantes ou purulentes sont accompagnées de croûtes d’écailles et de fissures. Plusieurs anormalités de la peau affectée ont été identifiées, dont la sécheresse et l’épaississement de celle-ci ayant perdu la capacité à retenir l’eau et une facilité à s’infecter par les bactéries dont les staphylocoques.

L’eczéma ou dermatite atopique est un problème courant qui affecte de 2 à 7% de la population occidentale.  Les recherches confirment de plus en plus que ce trouble de santé est causé en partie par un défaut du système immunitaire en lien avec des allergies alimentaires, puisque on retrouve des anticorps allergiques dans le sang d’au moins 80% des cas. De plus, il y a souvent un historique familial d’eczéma.  On remarque aussi que la plupart des personnes atteintes s’améliore avec une diète d’élimination où on enlève les principaux allergènes.

Le dysfonctionnement du système immunitaire semblerait responsable de cette situation.  Par exemple, on a constaté que les mastocytes, un type spécialisé de globules blancs, sécrètent une plus grande quantité d’histamine que normalement.  Cela résulte en une inflammation de la peau.  Il existerait aussi une incapacité du système immunitaire à détruire efficacement les bactéries. Cette fonction de l’immunité est attribuée à ce qu’on nomme le système du complément.  Il y a donc un risque accru d’être affecté par des infections de la peau.

Plusieurs causes sont associées à l’eczéma.  En plus de la possibilité d’être initié par une allergie alimentaire non identifiée ou encore une allergie topique à des irritants chimiques ou organiques, il peut s’agir également d’une intoxication de système lymphatique ou sanguine, une immunité excessive ou épuisée, une infection au candida et hypoglycémie associée, une  hérédité chargée (trouble de foie), de la constipation, des mucosités chroniques, un déséquilibre chronique de la glycémie, une émotivité et nervosité incontrôlée, des carences en vitamine A et B, calcium ou  zinc.

Il peut s’agir d’une maladie allergique digestive entretenue par une infection intestinale chronique comme la candidose, la parasitose ou infection à staphylocoques. Le traitement de l’infection et l’éviction de ou des allergènes améliore l’eczéma et très souvent le terrain allergique qui est à son origine. Il sera également important d’adresser la problématique de la porosité de l’intestin qui laisse passer dans le flux sanguin les allergènes responsables du dysfonctionnement du système immunitaire, si on veut casser le cercle vicieux dans lequel la personne est coincée.

 L’épuisement des glandes surrénales est également à considérer, puisque nous sommes dans un monde où le stress est omniprésent, ce qui amène avec les générations, des gens ayant un métabolisme de plus en  plus fragile.

 

Les aliments allergènes

 Il devient fondamental, pour arriver à améliorer son état, de repérer et éviter les allergènes les plus souvent en cause comme les œufs, le lait, les arachides, les agrumes, le blé, le soya, le poisson, le chocolat, les colorants alimentaires et les préservatifs. Les allergies aux œufs, lait et arachides représentent environ 80% des cas d’eczéma.

Les personnes atteintes de l’eczéma ont souvent un métabolisme des acides gras altéré et des prostaglandines, les hormones responsables de la réponse inflammatoire.  Il devient important de rééquilibrer les apports en acides gras par une diminution des gras saturés tels que le fromage et la viande et augmenter les bons gras par les noix et les graines, l’huile de lin, l’huile d’olive, le poisson et surtout les huiles de poisson.  Ces dernières seront particulièrement efficaces pour aider à régler les anormalités des prostaglandines.

 

huiles 2

Les soins topiques

 

Lorsque la personne souffre de démangeaisons importantes, les cataplasmes d’argile peuvent être d’une grande aide.  En effet, ils sont de remarquables cicatrisants, antiseptiques, anti-inflammatoires et résolutifs. Cette terre est naturellement radioactive et riche en minéraux.  On prépare une pâte avec un peu d’eau tiède et de l’argile verte dans un bol. Sur les plaques d’eczéma, on peut mettre une mince couche de pâte d’argile qu’on laisse sécher à l’air et qu’ensuite on lave à l’eau salée.

 

Par voie interne et sous forme de cures de “lait d’argile”, ils s’avèrent de puissants alliés de la désintoxication de l’organisme. De cette manière, est réalisé en quelque sorte un cataplasme au niveau du tube digestif.  Les déchets ne sont alors pas éliminés par la peau, mais avec les selles.

En traversant notre organisme, ce remède attire à lui toutes les substances morbides avant de les éliminer. L’argile capte, draine, puis élimine les impuretés des tissus, du sang et de la lymphe.  Elle est anti-toxique, renforce les défenses de l’organisme et combat les affections dues à l’affaiblissement de ses défenses.  Elle immunise contre les attaques de la maladie, bonifie la flore intestinale, cicatrise et guérit de la transpiration.

 Quelques solutions

La bardane est souvent recommandée pour les maladies de peau dont l’eczéma. Celle-ci est particulièrement utile de par sa concentration élevée en une substance connue sous le nom d’inuline, un nutriment qui aide le système immunitaire à enrayer les bactéries.  Plusieurs herbes seront efficaces à abaisser la production de l’histamine dont la réglisse, le ginko biloba et le coleus forskolii, une herbe indienne.  Mais, la palme d’or revient au curcuma et à la quercétine.  Ce flavonoïde n’agit pas seulement comme un antihistaminique important, mais aussi comme un antioxydant majeur qui inhibe les molécules initiatrices des allergies.  Le zinc jouera, quant à lui, un rôle important lorsque le métabolisme des acides gras est inadéquat.

 

L’eczéma est un trouble de santé assez complexe.  Alors, n’hésitez surtout pas à consulter un naturopathe compétent pour déterminer quels sont les facteurs en cause et la stratégie adaptée à votre situation.

Références :

  1. VERDON, Johanne n.d., Soigner avec pureté, Fleurs sociales, Montréal, 1984.
  2. MURRAY, Michael n.d., Encyclopedia of natural medicine, Prima publishing, 1998.