La fibromyalgie, une maladie complexe et mal connue

Par Sylvie Rousseau ND.A.

On répertorie environ 5% de la population mondiale affectée par la fibromyalgie, touchant, de façon plus importante, les femmes. Elle est caractérisée par plusieurs symptômes dont les douleurs musculaires presque continuellement présentes, de la raideur, un sommeil non réparateur, une tension à la tête, un intestin irritable, une difficulté à se concentrer et des troubles cognitifs, de la dépression, des troubles de l’humeur, des impatiences ainsi qu’une dysfonction sexuelle.

La définition de la fibromyalgie

C’est en 1990 que le Collège américain de rhumatologie a défini une série de critères pour la classification de cette affection puisque aucun test ne peut confirmer directement cette maladie. C’est par un historique de douleurs sur 11 des 18 points de pression identifiés sur le corps qui permet de diagnostiquer cette affection. Le médecin doit également exclure toute autre possibilité dont le cancer, la leucémie, l’hypothyroïdie, l’anémie et la sclérose en plaque. On traite la maladie dans l’approche conventionnelle avec toute une diversité de médicaments qui adresse les symptômes comme la dépression et la douleur. Souvent ces médicaments ont des effets secondaires importants.

Une des théories expliquant cette affection est qu’il y a une sensibilisation du système nerveux central associé à une inflammation et une élévation du stress oxydatif dans le tissu musculaire ainsi qu’un changement dans les cellules nerveuses du cerveau et de la colonne vertébrale. Cela peut être exacerbé ou causé par un déséquilibre hormonal et une infection. On a observé, à cet effet, que les symptômes de fibromyalgie se manifestent plus souvent chez les gens souffrant de déficience hormonale.

On a distingué sept types de fibromyalgie dû à certains facteurs initiateurs dont:

  1. Le stress : ce type de fibromyalgie est associé à un stress émotionnel et physique prolongé amenant un épuisement des glandes surrénales avec une production accrue de cortisol et autres hormones de stress.
  2. Les allergies : dû à un trouble de l’intestin qui laisse passer des aliments mal digérés dans l’organisme et induisant des intolérances alimentaires. Le gluten est souvent pointé du doigt. Les mastocytes (globules blancs spécialisés) libèrent alors de grande quantité d’histamine responsable de stimuler certains types de récepteurs pour la douleur musculaire.
  3. La toxicité : lorsqu’une personne est exposée pendant de longues périodes à des substances chimiques, des métaux lourds ou des pesticides, le foie n’arrive plus à détoxiquer correctement et un ralentissement cellulaire s’installe dans l’organisme
  4. La génétique : ce type de fibromyalgie se perpétue de génération en génération parfois dû à certains troubles génétiques touchant le métabolisme de la sérotonine.
  5. Une infection virale sollicitant grandement un système immunitaire en difficulté peut être le facteur initiateur.
  6. Un trouble vestibulaire touchant l’oreille interne peut amener des troubles d’équilibre, du sommeil et des troubles cognitifs et initier une fibromyalgie.
  7. Un traumatisme cervical qui apparaît après un whiplash ou un traumatisme à la tête peut aussi augmenter l’inflammation au cerveau.

Quelques pistes de solutions :

  1. Limiter la consommation de caféine et d’alcool, des stimulants qui peuvent épuiser les surrénales.
  2. Consommer des aliments riches en antioxydants comme les bleuets. Le sélénium, la vitamine C et la vitamine E sont quelques un des antioxydants largement étudiés dans le traitement de cette affection.
  3. Le magnésium et l’acide malique sont deux nutriments essentiels au fonctionnement du muscle. Plusieurs études contrôlées ont démontées que ces nutriments sont efficaces pour réduire les symptômes de la fibromyalgie. La pomme est un aliment particulièrement riche en acide malique.
  4. Augmenter le taux de sérotonine par la consommation d’hydrate de carbone complexe dont les céréales entières.
  5. Les acides gras essentiels dont les Oméga 3 peuvent aider à réduire l’inflammation.
  6. Les protéines améliorent le fonctionnement mental.
  7. Faire de l’exercice modérément dont la marche, la nage et le yoga gardera les muscles fonctionnels.
  8. Éviter de fumer. La constriction vasculaire est plus importante chez les fumeurs et augmentent les symptômes comme les engourdissements et les fourmillements.
  9. Les massages peuvent diminuer la douleur et l’ostéopathie peut améliorer l’enlignement de la colonne et augmenter l’apport sanguin au cerveau.
  10. L’acupuncture aidera à mieux faire circuler l’énergie.
  11. La psychothérapie peut donner une grande aide pour mieux gérer les troubles associés à cette maladie dont l’anxiété et la dépression.
  12. Certains tests spécialisés de laboratoire en médecine fonctionnelle peuvent aider à identifier les déséquilibres nutritionnels et à mieux cibler la supplémentation requise pour la personne affectée.

 

Voici des suppléments de qualité supérieure pouvant vous aider grandement dans votre problème de santé.  À commander sans tarder :

N’hésitez pas à consulter pour vous aider à faire face à ce trouble de santé complexe et mal compris. Certaines approches peuvent plus correspondre à votre profil que d’autres.

douleur 2 Istock

Références:

1. CHAITOW, Leon, Fibromyalgie syndrome, Churchill livingstone, Second edition, 2003.

2. Life Extension, Disease prevention and treatment, Expanded fourth edition, Life extension media, 2003.